Dès mon plus jeune âge, je m’intéresse au dessin, à la sculpture et à la musique. je découvre la lutherie alors que je m'étais engagé dans des études scientifiques de physique, chimie. Aussitôt je décide d’entreprendre un « tour d’Europe » afin d’apprendre le métier de luthier. J'étudie d’abord en Allemagne (chez Bernhard Franke à Stuttgart et à Mittenwald et chez Rudolf Masurat à Lübeck), puis c’est en Angleterre, dans le prestigieux atelier de W.E. Hill & Sons à Great Missenden, que je restaure les grands violons de Crémone : Amati, Stradivarius, Guarnerius… Passionné, obstiné, je dessine, mesure ces instruments lors des restaurations avec au fond de moi le rêve de faire un jour uniquement de la création mais pas avant d’avoir compris l’origine de la sonorité exceptionnelle de ces grands instruments.

 

De retour d’Angleterre, je crée mon atelier à Cordes sur Ciel, berceau de ma famille, puis peu de temps après, je fonde l’atelier européen de luthiers et d’archetiers afin de recréer l’atmosphère d’échange des grands ateliers que j'avais connue pendant ma formation. Président du festival de musique de Cordes sur Ciel, j'organise des rencontres entre luthiers, archetiers, musiciens et compositeurs. Pendant quinze années se sont succédés à Cordes des luthiers et archetiers du monde entier autour de jeunes solistes et de compositeurs prestigieux.

 

Au début des années 2000, je me décide à me consacrer uniquement à la fabrication du violon dont j'entrevoyais une nouvelle approche, aussi bien dans ses proportions (car le violon actuel est le résultat de nombreuses transformations au cours des siècles) que sur le plan vibratoire. Je me suis enfermé dans mon atelier pendant douze années pour repenser le violon actuel dans sa totalité car, j’étais persuadé que pour faire sonner parfaitement un violon il fallait qu'il soit parfaitement conçu. J'avais la profonde conviction que les réponses à toutes mes questions étaient dans la connaissance de la nature.

 

Chaque création m’a apporté de nouveaux savoirs.